EAU-Israel

admin0 . Publié dans Actualités, Atualités: Général 123

L’accord de paix EAU / Israël favorise les opportunités commerciales

L’accord de paix EAU / Israël favorise les opportunités commerciales

En septembre, les Émirats arabes unis et Israël ont signé un accord de paix historique. «Mais l’accord agricole n’a été conclu que très récemment», déclare Eitan Zvi, vice-président marketing chez Galillee Exports en Israël. Néanmoins, le vendredi 6 novembre, cette société a envoyé sa première cargaison d’avocats dans ce pays.

« L’envoi a passé tous les contrôles nécessaires. Nous sommes très fiers d’être les premiers à exporter le premier envoi d’avocat vers Dubaï. Nous espérons que la coopération fructueuse se poursuivra entre Israël et les Emirats. »

Israël a reçu l’approbation officielle des Émirats arabes unis pour exporter des produits agricoles frais et du matériel de multiplication (y compris des semences) d’Israël vers les Émirats. C’était après une série de réunions (secrètes). Celles-ci se sont déroulées entre les autorités des Émirats et le ministre israélien de l’Agriculture et du Développement rural, Alon Schuster, et son directeur de bureau, le Dr Nahum Itzkovich.

Complètement inattendu
La signature de l’accord de paix a été une énorme surprise pour tout le monde en Israël. «Personne ne s’y attendait», admet Eitan. «Les EAU sont la porte d’entrée vers l’Arabie saoudite et les pays voisins. Il y a un grand potentiel dans ce domaine. Nous devons travailler pour y trouver les bons contacts. »

«Il y a la même concurrence – Mexique et Colombie – là-bas qu’en Europe. Nous devons trouver les bons clients pour les bons prix et la bonne qualité. Nous aimerions atteindre le stade de l’exportation de 200 tonnes d’avocat vers les EAU », déclare Ziv.

Ce marché représente un ajout important pour la société israélienne. «D’autant que nous n’avons pas beaucoup d’autres opportunités. Il nous est impossible d’entrer en Amérique. La Chine et l’Inde sont actuellement fermées aux produits israéliens. Le Japon est ouvert, mais c’est un défi pour nous d’y parvenir, sur le plan logistique. Maintenant, enfin, nous avons un autre marché. »

Dattes
Eitan voit également des chances pour d’autres produits. Ce ne sont pas seulement les avocats qui ont été envoyés aux Émirats. Les entreprises israéliennes ont également envoyé des agrumes, des grenades et 200 kg de dattes Medjool. «Nous devons présenter aux gens là-bas les dates Medjool. Il est parfois plus difficile de pénétrer les marchés habitués à certains produits. »

«Il existe une certaine demande d’agrumes, de pamplemousse rouge et de grenades. Bien que ce ne soit pas la saison des mangues maintenant, je vois beaucoup de potentiel pour ce produit aux EAU. Je pense que ce sera le deuxième produit majeur à être envoyé là-bas.

EAU Israel 1

La toute première exposition de produits israéliens a également été ouverte au marché frais de Dubaï le week-end dernier. Ce marché joue un rôle crucial pour renforcer la position de Dubaï en tant que centre commercial régional pour les produits locaux et importés. L’introduction de produits israéliens ajoute à la volonté de Dubaï de diversifier les sources de produits importés aux Émirats.

«Nous sommes ravis»
L’événement a réuni divers dignitaires, dont Shlomi Fogel, président de la société exportatrice Carmel Agrexco. «Nous sommes ravis de faire partie des liens croissants entre Israël et les Émirats arabes unis», a-t-il déclaré dans un article sur le site Web du bureau des médias du gouvernement de Dubaï.

«Avec nos collègues de Dubaï, nous commençons à voir les« fruits de la paix »aujourd’hui. L’exportation de produits agricoles frais d’Israël vers le marché des EAU présente un avantage considérable. [Ceci est dû à sa] proximité géographique et à la rapidité avec laquelle les produits peuvent être transportés.

EAU Israel 2

Ces produits peuvent aller directement sur les marchés des Émirats arabes unis et des régions voisines. «Quelques heures après la cueillette, les produits frais peuvent atteindre les points de vente. L’agriculture israélienne est très avancée et nous sommes convaincus que tout le monde appréciera nos produits », a déclaré Fogel. Il a ajouté que Carmel Agrexco avait l’intention d’investir dans des exploitations agricoles aux EAU, en incorporant les dernières innovations agro-technologiques.

Mais une autre société israélienne, Ben-Dor Fruits, exporte ses produits vers les EAU depuis de nombreuses années. C’est grâce à ses fermes et licenciés du monde entier. «Nous faisons cela depuis un certain temps depuis d’autres territoires», déclare Ido Ben Dor, directeur du verger et de l’élevage de Ben-Dor Fruits.

«Plus intéressant»
«Mais maintenant ce sera plus intéressant puisque nous travaillerons directement à partir de la production de notre ferme israélienne. Il y a peu de choses avec lesquelles les produits israéliens peuvent concurrencer, en termes de prix. Il y a de la place pour faire des affaires, en particulier avec la qualité supérieure des produits israéliens et les produits de niche. »

«La distance est également un facteur en faveur de la production israélienne», ajoute Ido. «Il y a beaucoup de brouhaha en ce moment – des intermédiaires essayant d’établir des connexions; annonces d’exclusivité autour des nouvelles opportunités entre les deux pays. Cependant, en fin de compte, le commerce durable sera basé sur la qualité et la tarification. »Ben-Dor Fruits entretient de bonnes relations à long terme et respectées avec leurs partenaires aux EAU. «Nous fournissons des programmes annuels à partir de nos fermes du monde entier. La qualité et la saveur sont les principaux critères de nos clients. Pour la saison à venir, nous commencerons à approvisionner en Israël. »

Grand potentiel d’exportation
Ido voit un excellent potentiel d’exportation pour son entreprise. «J’ai été ravi d’apprendre la nouvelle de l’accord de paix. Non seulement en raison du potentiel commercial qu’il apporte, mais parce que, ici au Moyen-Orient, de nombreux obstacles doivent être surmontés. C’est un pas de plus vers la paix dans la région. »

L’année dernière, Ben-Dor Fruits a lancé un nouveau projet. Ils veulent cultiver des variétés capables de résister aux températures les plus chaudes du territoire des EAU. «Cette initiative a commencé bien avant les pourparlers de paix.»

«Mais, depuis la normalisation des relations diplomatiques, les choses sont devenues plus faciles à gérer. Le but est de trouver les meilleures espèces et variétés à cultiver commercialement. Comme nous le disons en Israël, nous voulons «boiser le désert» », conclut Ben Dor.

Source :  FreshPlaza.com

Etude de marché à l’international pour la filière Grenade

GIFruits


2, rue Badaï Ezzamen – Cité El Mahrajène
1082 Tunis - Tunisie
Tél : +216 71 787 721
Fax : +216 71 786 206
mail: gifruit@gifruit.nat.tn