MildiouFrance0

admin0 . Publié dans Actualités, Actualités: Viticulture 97

Mildiou : catastrophe dans les Pyrénées-Orientales (France)

Mildiou : catastrophe dans les Pyrénées-Orientales

Julien Thiery, chef de service viticole à la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales n’avait jamais vu cela. Des sarments et des vrilles attaqués par le mildiou. Les pertes vont être très importantes. Ces attaques ont été déclarées plus fortes que l’année de référence qui remontent à 1988. Dans certaines parcelles, on estime déjà les pertes à plus de 80 %. Tous les vignerons, bio ou conventionnel, sont logés à la même enseigne. Et la nouvelle réglementation concertant les doses de cuivre n’a rien changé. La faute aux pluies incessantes depuis le mois avril.

Contrairement aux pluies parfois diluviennes que nous pouvons avoir, explique Julien Thiery, celles-ci n’ont pas forcément été importantes mais continues.

Les premières tâches sont apparues le 27 avril, bien avant les autres départements. Entre le 18 et le 22 avril, il était déjà tombé entre 150 à 250 mm d’eau. Puis entre le 30 avril et le 4 mai, les relevés à Perpignan indiquaient de l’eau tous les jours, entre 10 et 30 mm. Et le même temps a continué à partir du 9 mai durant 7 jours. La tramontane accompagnée de chaleur entre le 18 et le 25 mai n’a pas suffit à faire sécher les grappes . Globalement, entre le mois de mars et le mois de mai, il a plu le double de l’habitude, soit 330 mm au lieu de 150 mm.

Cela signifie, précise Julien Thiery, que la seule fenêtre disponible pour passer le pulvérisateur était en théorie entre le 5 mai et le 9 mai. Les viticulteurs ne pouvaient pas forcément entrer dans leur vignoble.

Et Julien Thiery de rajouter :

Cette année, il était difficile de sortir indemne de cette situation. Même en positionnement les bons traitements au bon moment, des pertes se manifestent dans les parcelles dues au mildiou mais aussi au black rot. Nous, techniciens, nous nous posons la question de savoir comment on aurait pu faire mieux même à posteriori.

Pour les viticulteurs, ce millésime aura des effets directs avec de faible récoltes et mais aussi indirects sur les coopératives et les négoces.

Source : https://www.mon-viti.com/mots-cles/mildiou-sur-sarment

Etude de marché à l’international pour la filière Grenade

GIFruits

2, rue Badaï Ezzamen – Cité El Mahrajène 1082 Tunis - Tunisie
Tél : +216 71 787 721
Fax : +216 71 786 206