hollande corona

mouna . Publié dans Atualités: Général 106 Aucun commentaire

L’impact du coronavirus sur les marchés d’exportation agroalimentaire

Royal FloraHolland a publié une mise à jour du ministère de l’Agriculture, de la Nature et de l’Alimentation (LNV) néerlandais, impliqué dans les mesures de gestion de crise concernant le Coronavirus et informe Royal FloraHolland de l’impact de l’épidémie sur le marché de l’exportation.

Allemagne :

L’industrie agricole allemande ressent les effets du Coronavirus sur les exportations et le marché intérieur. Toutefois, l’association Raiffeisen (DRV) ne s’attend pas à une baisse importante des prix, car la demande reste élevée. Le président de la DRV, M. Holzenkamp, s’attend à ce que l’impact sur les flux commerciaux soit plus visible en avril/mai. Il existe actuellement des problèmes, principalement dus à la disponibilité limitée de conteneurs réfrigérés. Certains Länder ont levé l’interdiction du transport routier par camion jusqu’au 30 mai pour les produits alimentaires et d’hygiène à longue durée de conservation afin de répondre à la demande. Il s’agit de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, du Bade-Wurtemberg, de la Basse-Saxe et de la Saxe. (Lebensmittelzeitung).

France :

Dans les supermarchés, les produits longue conservation comme les pâtes et le poisson en conserve sont très prisés. Le secteur agroalimentaire français constate des fluctuations de prix sur les marchés internationaux des produits primaires (blé, maïs, colza). Le secteur français est particulièrement touché par la baisse de la demande en Chine, comme par exemple la baisse de la demande de lait en poudre pour les laits infantiles. Danone réalise 10 % de son chiffre d’affaires en Chine et enregistre déjà une perte de 100 millions d’euros au premier trimestre. Le secteur français connaît également des problèmes dans le domaine de l’agrologistique, à savoir un transport maritime de conteneurs en provenance de Chine en perte de vitesse. Cela s’ajoute aux conséquences des grèves dans les ports français au début de l’année 2020.

Belgique :

Selon le secteur (Boerenbond), l’impact sur l’agriculture flamande se fait déjà sentir, mais de manière plus indirecte car les échanges commerciaux sont au point mort ailleurs, et l’effet est modéré. Pour l’instant, il s’agit surtout d’un choc de production (hausse des prix des transports et congestion de la chaîne de transport et de production), et la demande se maintient. Toutefois, si l’épidémie se poursuit pendant une période plus longue, cela pourrait changer rapidement (et donc avoir un impact plus important). Les principaux secteurs déjà touchés sont la pomme de terre (prix) et les exportations de produits laitiers. Pour l’instant, il n’y a pas d’effet sur les prix des fruits et légumes. Le chiffre d’affaires annuel de l’industrie alimentaire belge dépend pour plus de 55 % des exportations.

Depuis vendredi soir 13 mars – minuit, tous les établissements de restauration sont fermés et ce pendant 3 semaines (jusqu’au début des vacances de Pâques en Belgique, le 3 avril). Les écoles sont également fermées du lundi jusqu’aux vacances de Pâques.

Italie :

L’offre en provenance d’Italie stagne. Les conducteurs craignent d’entrer ou de sortir du pays, ils redoutent que les mesures deviennent encore plus sévères et que le contact avec leur domicile soit coupé. Un énorme embouteillage de camions sur la route nationale de sortie près de Bologne a également été signalé. Des contrôles supplémentaires à la frontière ont entraîné des dizaines de kilomètres d’embouteillages. Enfin, les usines de production ferment et renvoient de plus en plus d’employés chez eux.

Les ventes de nourriture dans les supermarchés se déroulent très bien, car les gens ont commencé à acheter de la nourriture en masse et parce que les magasins spécialisés sont fermés dans de nombreux cas (les gens ne sont pas/moins autorisés à quitter leur domicile, ils obtiennent donc leurs produits à un seul point de vente : le supermarché). La fermeture des restaurants, des cantines scolaires et autres établissements de restauration a un effet négatif. Les marchés locaux s’arrêtent, mais les marchés de gros continuent.

Royaume-Uni :

Le gouvernement attend le plus longtemps possible pour prendre des mesures plus lourdes. Ce faisant, il espère éviter que les gens ne se lassent de ces mesures au moment où les menaces sont les plus graves. L’idée est que cela permettrait d’éviter une forte hausse du nombre d’infections. Jusqu’à présent, les conseils du gouvernement aux citoyens se sont limités en grande partie à une semaine d’auto-isolement en cas de symptômes de toux et de fièvre. Il n’y a aucune restriction à la circulation des personnes ou des biens.

Espagne :

En Espagne, les mesures sont renforcées. Les gens sont invités à rester chez eux et à ne quitter la maison que pour se nourrir, se soigner, travailler ou pour d’« autres urgences ». Les magasins ferment et ne sont autorisés qu’à livrer.

Danemark :

Le 14 mars, toutes les frontières ont été fermées à 12h00 pour le trafic personnel, pour le moment jusqu’au 13 avril. Il n’y a pas de barrières pour le trafic de marchandises. Le flux de marchandises doit continuer.

Pologne :

Depuis le dimanche 15 mars, 00h01, des mesures supplémentaires s’appliqueront en Pologne en fonction de l’état d’urgence épidémiologique, y compris l’interdiction d’entrée pour les étrangers. Les vols internationaux sont tous annulés et la frontière fermée. La Pologne et les personnes ayant un permis de séjour permanent sont obligées de passer 14 jours en quarantaine (à la maison) à leur retour. La frontière reste ouverte à la circulation des marchandises (y compris les produits alimentaires) – tant à l’exportation qu’à l’importation. Les restaurants, les centres commerciaux et les bars sont fermés. Les magasins d’alimentation et les pharmacies restent ouverts. Les restaurants sont autorisés à livrer. L’un des producteurs d’engrais avertit d’une possible pénurie d’engrais en Pologne en raison de problèmes de transport. Plusieurs représentants de l’industrie alimentaire ont assuré jeudi qu’il n’y aurait pas de pénurie dans les magasins.

Kenya et Ethiopie :

Au Kenya et en Éthiopie, les premières infections officielles ont été confirmées le 13 mars. Des réunions internationales et nationales avec plus de 14 personnes ont été annulées au Kenya.

République tchèque et Slovaquie :

Les deux pays ont déclaré l’état d’urgence le jeudi 12 mars. En conséquence, les aéroports et les points de passage frontaliers ont été fermés. En Slovaquie, seules les personnes de nationalité slovaque ou disposant d’un permis de séjour sont admises. En République tchèque, l’entrée n’est pas possible pour 15 nationalités, y compris les ressortissants néerlandais. Les vols de fret et le trafic international de fret ne sont pas limités, de sorte que les compagnies peuvent être approvisionnées. Les centres commerciaux seront fermés ce week-end, à l’exception des magasins d’alimentation et des pharmacies.

Turquie :

En Turquie, 1 seul cas de coronavirus a été confirmé. Toutefois, d’après certaines rumeurs (réseaux sociaux, etc.) il y aurait plusieurs dizaines de cas « suspects ». Les prix des denrées alimentaires ont augmenté mercredi 11 mars, mais semblent maintenant être revenus à leur niveau antérieur.

Koweït :

Le Koweït a annoncé un blocage total le 11 mars jusqu’à la fin du mois. Tous les bureaux du gouvernement sont fermés. Tous les vols jusqu’au vendredi 14 mars ont été annulés. Dans les supermarchés, il y a beaucoup de pillage, les distributeurs automatiques de billets se vident.

Arabie Saoudite :

L’interdiction de voyager pour les personnes originaires de plusieurs pays a été étendue, y compris à presque tous les pays de l’UE, dont les Pays-Bas. Le transport de marchandises n’est pas affecté. Pour un pays qui dépend de l’étranger pour 80 % de ses besoins fondamentaux, l’interdiction n’est pas surprenante. Selon certaines rumeurs, les organisations gouvernementales ont été invitées à rechercher des économies budgétaires de 20 %, ce qui aura sans doute aussi un impact sur les investissements prévus dans le secteur agricole.

https://www.royalfloraholland.com/en/news-2020/week-11/corona-ministry-of-agriculture-gives-an-update-per-exporting-country

 

Laisser un commentaire

GIFruits

2, rue Badaï Ezzamen – Cité El Mahrajène 1082 Tunis - Tunisie
Tél : +216 71 787 721
Fax : +216 71 786 206